GRANDS BOULEVARDS

lILLE
DSC_0071.JPG
INFORMATIONS PROJET                             
MAÎTRISE D'OUVRAGE
RABOT DUTILLEUL

ARCHITECTE
AMMA

ANNÉE
2019

En 1909, le Grand Boulevard était défini comme un lieu multimodal ou la juxtaposition dimensionnée et maitrisée des usages permettait d’accueillir chacun de ses usagers ; la voie pour les véhicules rapides, celle pour les véhicules lents, les cavaliers, les cyclistes et le tramway de l’électrique Lille-Roubaix-Tourcoing d’Alfred Mongy. Il a été conçu, a l’origine, comme une artère reliant Lille à Roubaix et Tourcoing où les ouvriers pouvaient s’y rendre pour se détente et se promener. C’était son identité, son urbanité.


    L’Urbanité d’un lieu se définit par le couplage des usages et leur diversité. Celle du Grand Boulevard s’est réduite à chaque fois que l’on a favorisé l’un de ses usagers au détriment d’un autre. Dans sa forme actuelle, la voiture a pris le dessus ne laissant que très peu de place aux piétons, aux cyclistes, aux trottoirs et au calme. Les habitants désertent le Grand Boulevard au profit de la voiture qui génère de plus en plus de nuisances visuelles, sonores et accentue le sentiment d’insécurité au point de lui attribuer le surnom de boulevard de la mort dans les années 70. 


    L’enjeu essentiel de la réflexion ne se situe pas dans l’image que le projet peut ici proposer, mais dans sa capacité à rééquilibrer les usages du Grand Boulevard. Pour réussir à tisser les morceaux des villes qu’il a fractionné dans sa version actuelle. Le Grand Boulevard doit évoluer et accepter l’intensification de ses flux par une superposition des usages qui se sont intensifiés. Il doit inciter les usagers à s’y promener et à utiliser des modes de déplacements doux, à y faire ses courses, y travailler ou y vivre en conservant sa capacité à relier rapidement les villes de Lille, Roubaix et Tourcoing au même titre que celles qui s’égrènent tout le long. Il faut y bâtir des espaces construits ou vides qui intensifient ses usages afin de produire de nouveaux tissages urbains durables et de lui restituer son urbanité. 

@2015 par AMMA Agence Matthieu Merlier Architecture | Architecture et Urbanisme

HAUT DE PAGE